MS=ms70786492
*
TOP_2015
Menu
INFO GENERALE : « Des jeunes femmes extraordinaires »
30/4/2018 10:08:00 (200 lectures)

Les joueuses de l’ATH ont fêté leur accession en D2 en se plaçant en mode démonstration sur le terrain face à Dijon II, avant de partager leur réussite.

La belle farandole des joueuses de l’ATH. Le club du Kochersberg accède à la D2 pour la deuxième fois de son histoire.  PHOTOs DNA – Jean-François Badias

La belle farandole des joueuses de l’ATH. Le club du Kochersberg accède à la D2 pour la deuxième fois de son histoire. PHOTO DNA



Il y aura beaucoup d’images à retenir de cette soirée. Des images et des vibrations. Cette joyeuse haie d’honneur formée par les joueuses de la réserve pour saluer le parcours de leurs aînées. Cette émouvante minute d’applaudissements pour saluer un homme, Christian Carl, dont le regard malicieux a couvé la soirée de sa bienveillance.

Un savoureux mélange

Ensuite, il y aura eu du jeu. Un match de hand avec une douce opposition pour transformer les échanges en démonstration. En palette de beaux gestes.

Ce kung-fu lancé par Dalila Abdesselam et transformé par Kristyna Salcakova, les bras accueillants de Wendy Obein pour porter Fanny Metzger sur le banc. Cette passe glissée avec malice par Laura Spaety à Manon Hemmerlin, offrande de pivot à pivot.

Ce groupe, composé de figures différentes, aux parcours parfois heurtés, s’est rejoint dans le Kochersberg pour dessiner ensemble les contours d’une belle aventure.

Il y a Wendy Obein, ancienne internationale, venue se construire dans un club de village(s), Lucie Baumgarten, l’étudiante studieuse, Fanny Metzger, la fille de la balle, Laura Spaety, la prof de sports bagarreuse, Mathilde Ziegler, qui court au nom des siens, Élodie Drion, partie et revenue si près de Pfaffenhoffen, Kristyna Salcakova, l’internationale tchèque bondissante, Dalila Abdesselam, pour qui le beau geste est une quête, Margaux Cintrat, pour qui la cuisine est un art de vivre, Victoria Divak, la fan d’Anita Görbicz venue de Volgograd, Manon Hemmerlin, le pilier bâtisseur, Émilie Pfaadt, sensible compétitrice de la génération 89.

« Satisfait et heureux »

Sur la feuille de match, il manquait Manon Lhou Moha, la kiné passionnée, et Awa Diop, enfant de Hautepierre au cœur sénégalais.

Ensemble, l’heure de jeu finie, ces jeunes femmes responsables et déterminées ont rejoint le centre du terrain, revêtues tee-shirt et casquette estampillés D2, pour s’enlacer, se sourire et se congratuler, pour chanter et danser. Pour matérialiser leur réussite devant des yeux approbateurs.

« C’est bien, on a profité, échangé de manière raisonnable, c’est peut-être dans l’identité du club, savoure Aurélien Duraffourg, le coach de l’ATH. On a fait les choses dans l’ordre, gagner, fêter. Je suis un entraîneur satisfait et heureux et je remercie l’ensemble des personnes qui ont donné au club depuis quatre ans. Cette montée, c’est le résultat d’un processus et de l’engagement. Nos athlètes sont des jeunes femmes extraordinaires qui font des sacrifices énormes et qui mériteraient d’être soutenues au même niveau qu’une équipe de garçons. »


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
 
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom_logos_webmaster
FFHB LFH LNH LAHB site Handball 67 site HAND Zone Localisation des gymnases de hand avec GO'HAND
© Graphique et Design : WORLDSOFT-CMS-Website - Site optimisé  pour IE - Mozilla - Chrome - Safari
Webmasters: •  ATH • Guy Lagache  •
  Dominique Lagache
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail