MS=ms70786492
*
TOP_2015
Menu
INFO GENERALE : “Sally” en rouge et noir
24/1/2018 21:14:00 (261 lectures)

Si les Alsaciennes Laura Flippes et Cléopatre Darleux, ont participé à la conquête du titre avec la France, Kristyna Salcakova est la seule joueuse évoluant dans la région à avoir disputé le Mondial, avec la République tchèque.

En décembre, Kristyna Salcakova a troqué le maillot noir de l’ATH contre le rouge de la République tchèque. PHOTO DNA – Ch.A.

En décembre, Kristyna Salcakova a troqué le maillot noir de l’ATH contre le rouge de la République tchèque. PHOTO DNA – Ch.A.



Cela fait plus de dix ans que Kristyna Salcakova mène cette double vie. Joueuse de club, à Achenheim/Truchtersheim (ATH) en ce moment, et internationale tchèque. Et le rythme est soutenu.

« On s’est regroupé en octobre pour des matches de qualification, avant de se retrouver fin novembre, une semaine avant le Mondial en Allemagne. Nous aurons encore un stage et des matches en mars, puis entre mai et juin pour essayer de nous qualifier à l’Euro qui se jouera en France en décembre. En tout, sur une saison, cela représente presque sept semaines. »

« On a pleuré, on a crié, on a chanté, on a dansé »

Mais celle que tout le monde appelle “Sally” depuis son enfance – « Un diminutif de mon nom de famille » –, apprécie ce mélange des genres.

« En fait, j’aime bien ce rythme, ces changements et j’adore le handball. Quand je suis avec l’équipe nationale, j’ai hâte de retrouver l’ATH et inversement. Le niveau est différent bien sûr, mais c’est toujours du handball. J’essaie de prendre quelque chose de chaque côté pour l’apporter à l’autre. Et c’est toujours une bonne expérience de rencontrer les meilleures joueuses du monde, c’est comme une petite fête pour moi. »

En décembre dernier, la République tchèque a obtenu un résultat historique, disputant pour la première fois un quart de finale dans une compétition internationale.

« Nos matches sont passés à la télévision, on a fait la “Une” des journaux et beaucoup de fans sont venus nous voir en Allemagne, nous ont suivis sur Facebook. Le handball n’est pas encore aussi populaire qu’en France, mais grâce aux résultats des équipes nationales, notre sport est plus exposé. »

Le point d’orgue du Mondial aura été la victoire contre la Roumanie en 8e de finale.

« C’était incroyable pour nous. Moi, je suis quelqu’un de très sensible, mais là, tout le monde est devenu hystérique après le match. On a pleuré, on a crié, on a chanté, on a dansé dans le vestiaire, on a fait n’importe quoi. C’est la première fois que l’on réussissait à battre la Roumanie où joue en plus Cristina Neagu, la meilleure joueuse du monde. C’est la volonté qui a fait la différence, on a vraiment cru que l’on pouvait gagner. »

« C’était mon cadeau de Noël pour eux »

À 30 ans, Kristyna Salcakova partage son poste d’ailière gauche avec Veronika Mala qui évolue aussi en France, à Issy/Paris en Division 1.

« C’est notre grande espoir pour les prochaines générations. On est aussi de vraies amies, on s’entraide. C’est très important de pouvoir partager de cette façon quand on occupe le même poste. »

Mais au-delà de ce duo, c’est toute l’équipe tchèque, coachée par Jan Basny (qui est aussi l’entraîneur de Nantes), qui a su cultiver un état d’esprit à part. « On forme une vraie famille, il y a une très bonne ambiance. Dans cette équipe, il y a une énergie qui nous pousse vers le haut, quelque chose qui nous amène à créer des surprises. »

Décembre a été chargé en émotions pour Kristyna Salcakova qui a pu partager des moments forts avec sa famille. Ses parents, Eva et Vladimir, sa petite sœur, Martina, sont venus en Allemagne à son invitation.

« C’était mon cadeau de Noël pour eux. Ils m’ont dit que c’étaient leurs meilleures vacances. J’étais très contente de les voir, comme de retrouver Ondrej (Mika, son compagnon, handballeur à l’ESSAHB) qui s’occupe des analyses vidéos pour l’équipe nationale. Contre la Pologne, Dalila (Abdesselam) , “Fred” (Fritschmann) , Sophie (Marangé) , Marina (Correia) et Julia (Mauler) de l’ATH sont venus. C’était une grande et belle surprise. »

Cette euphorie passée, Kristyna Salcakova, qui est par ailleurs en train d’apprendre à jouer du… ukulélé, espérait partager tout cela sur un autre terrain, à Truchtersheim, avec ses coéquipières de l’ATH.

Mais sa cheville gauche n’a pas résisté au dernier entraînement avant la reprise.

« J’étais triste et déçue. J’avais hâte de rejouer avec les filles, à la maison en plus pour le premier match de l’année. Ça fait cinq ans que je n’ai pas connu de blessure sérieuse, j’ai l’habitude de prendre soin de mon corps, avant et après les entraînements. Et là, pfff, ça m’énerve beaucoup. J’ai tellement d’énergie en moi et je ne peux presque pas bouger. »

Dans quelques jours, sans doute pas encore samedi contre Altkirch, Kristyna Salcakova sera de retour. Avec son sens du jeu, son dynamisme et son impeccable état d’esprit pour chercher à emmener son autre équipe vers d’autres sommets.


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
 
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom_logos_webmaster
FFHB LFH LNH LAHB site Handball 67 site HAND Zone Localisation des gymnases de hand avec GO'HAND
© Graphique et Design : WORLDSOFT-CMS-Website - Site optimisé  pour IE - Mozilla - Chrome - Safari
Webmasters: •  ATH • Guy Lagache  •
  Dominique Lagache
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail