MS=ms70786492
*
TOP_2015

Menu
INFO GENERALE : Destins en construction
7/12/2017 22:49:00 (66 lectures)

À un an d’intervalle, Ilona Kieffer et Roxanne Frank ont rejoint le centre de formation de Besançon. Il y a quelques jours, elles étaient de retour dans le Kochersberg pour rencontrer leur club formateur, Achenheim/Truchtersheim.

Ilona Kieffer (à gauche) et Roxanne Frank étaient de retour à Truchtersheim samedi soir.  PHOTO DNA – Ch.A.

Ilona Kieffer (à gauche) et Roxanne Frank étaient de retour à Truchtersheim samedi soir. PHOTO DNA – Ch.A.



Ilona Kieffer a 20 ans, est arrière gauche, et effectue sa deuxième année de STAPS. Elle est partie de l’ATH à l’été 2016. Roxanne Frank, elle, a 19 ans, occupe le poste de gardienne de but, et vient de débuter sa première année universitaire en section AES (Administration économique et sociale). Elle est partie l’été dernier.

Ces deux-là sont les meilleures amies du monde et poursuivent, ensemble, leur apprentissage du haut niveau. Voici un aperçu de leur nouveau quotidien à travers leurs propres mots.

Les premiers pas

ROXANNE FRANK. –  «  Après les championnats d’Europe Juniors avec l’équipe de France (où elle a remporté la médaille d’or) , je suis arrivée directement au stage de l’équipe “Une” de Besançon à Györ en Hongrie. J’avais un peu d’appréhension.

Au début, tout allait vite, trop vite, je ne touchais pas un ballon. J’avais vraiment du mal. Il y avait une intensité différente de tout ce que j’avais pu connaître auparavant. Ça “envoie” beaucoup plus, comme on dit, les tirs sont plus précis, plus forts, les actions sont plus rapides.

Maintenant, après trois mois, je me sens bien dans l’équipe. J’ai été vraiment bien intégrée. À ce stade, il n’y a vraiment que des satisfactions.

Le fait de retrouver “Ilo” m’a permis d’être plus à l’aise, il y avait une part d’Alsace avec moi. Quand on a sa meilleure amie avec soi, c’est plus simple et c’est agréable de pouvoir s’appuyer sur elle. »

Le cheminement

ILONA KIEFFER. – « La saison dernière, j’avais créé des affinités avec d’autres, mais Roxanne, c’est Roxanne, ce n’est pas pareil. Retrouver sa meilleure amie, c’est trop bien. On se connaît par cœur. Mais on ne reste pas non plus tout le temps ensemble, on ne fait pas notre secte alsacienne. Avec les filles du centre, il y a une bonne entente, on peut se confier à elles et se lâcher. Même s’il y a de la concurrence, on ne la sent pas entre nous, ce n’est pas mesquin. On se dit les choses pour se booster mutuellement, on se pousse vers le même objectif.

Ça permet d’avancer et de se remettre en question. Et quand il y a besoin d’une aide extérieure, j’appelle mes parents, c’est super-important. Car le mental prend une grande part.

Ma première saison a été très enrichissante. Je suis entrée dans le collectif, j’ai joué 90 % des matches avec la “Une”. Avec peu de temps de jeu, alors il faut en profiter, mais j’étais déjà surprise d’être dans le groupe.

Ce sont surtout les entraînements qui sont très enrichissants. Quand je vois tout ce que j’arrive à faire maintenant par rapport à avant…

Ce début de saison est plus difficile. Il y a une remise en question, mais je ne lâche rien, je continue. On se dit qu’il faut donner encore plus. J’ai une grosse marge de progression en attaque, ça contraste avec ce que je produis en défense.

C’est le plaisir qui nous motive, c’est le moteur de tout ça. Et c’est surtout nécessaire pour pouvoir enchaîner les cours et les entraînements. »

L’apprentissage

ROXANNE FRANK. – « Les entraînements sont très intéressants. On sent que Raphaëlle ( Tervel*, l’entraîneur de l’équipe de Division 1 ) a joué à haut niveau. Dans ce qu’elle propose, la façon de présenter les choses, de débriefer les matches, on sent une approche différente. »

ILONA KIEFFER. – « Avec Sandrine (Delerce*, l’entraîneur-adjoint) , elles sont complémentaires, elle s’occupe de l’attaque et “Raph” de la défense. C’est vraiment bien, chacune a son rôle. Sébastien Mizoule, qui gère l’équipe de Nationale 1, est aussi à l’écoute. Et une présence masculine dans ce monde de filles, c’est pas mal. »

Le retour à l’ATH

ILONA KIEFFER. – « C’est toujours spécial. Là, je suis venue avec le groupe et je pouvais indiquer la route. Mais l’équipe de l’ATH a beaucoup changé, il y a encore certaines copines, mais pas tant que ça. »

ROXANNE FRANK. – « J’ai passé trois ans ici, c’est le club qui m’a accompagnée vers le haut niveau. C’est un plaisir de revenir, c’est chez soi, on est à la maison. La préparation a été compliquée avec un mélange d’excitation et de stress. C’était un match comme un autre, mais c’était surtout génial. »

ILONA KIEFFER. – « On a joué et gagné devant toute notre famille, les grands-parents, parrain, marraine, même mes deux petits frères étaient là. Ça fait trop plaisir. »

ROXANNE FRANK. – « Une vingtaine de membres de ma famille était là aussi. Et pouvoir jouer devant tous ses proches donne envie de leur montrer notre progression. »

ILONA KIEFFER ET ROXANNE FRANK. – « On en profite pour remercier nos familles. Et le club de l’ATH, car chaque fois que l’on revient, on se sent toujours chez nous. Revoir les bénévoles, pouvoir les saluer, c’était cool aussi. Pour qu’ils sachent qu’ils nous ont marquées. »


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
 
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom_logos_webmaster
FFHB LFH LNH LAHB site Handball 67 site HAND Zone Localisation des gymnases de hand avec GO'HAND
© Graphique et Design : WORLDSOFT-CMS-Website - Site optimisé  pour IE - Mozilla - Chrome - Safari
Webmasters: •  ATH • Guy Lagache  •
  Dominique Lagache
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail