MS=ms70786492
*
TOP_2015

Menu
INFO GENERALE : De solides fondations
15/5/2017 12:39:00 (71 lectures)

La course à la D2 s’est arrêtée samedi soir pour Achenheim/Truchtersheim. Mais, dans une salle comble, ses joueuses ont livré, contre le leader Sambre Avesnois, un match chargé d’intensité, d’émotions et de promesses.

Charlotte Kieffer (à gauche) et ses coéquipières n’ont pas   à rougir de leur saison.  PHOTO DNA – Michel FRISON

Charlotte Kieffer (à gauche) et ses coéquipières n’ont pas à rougir de leur saison. PHOTO DNA – Michel FRISON



Les yeux étaient souvent embués, les regards tristes, les voix mal assurées… Pas simple d’accepter l’abandon de cette folle course-poursuite derrière la meilleure équipe de la poule.

Après ce match nul, les joueuses de l’ATH ont perdu quelque chose d’important, l’espoir de monter en D2 cette saison, mais elles ont gagné autre chose d’aussi précieux, la confiance en l’avenir.

« De grandes dames »

On parle là de jeu, de technique, de handball bien sûr, mais pas uniquement. « Je suis fier d’appartenir à ce club-là, énonce Aurélien Duraffourg, l’entraîneur de l’ATH. Au regard de toute l’énergie déployée par ces gens pour faire avancer la cause. Fier des athlètes qu’on a choisies et qui ont livré une prestation de haut niveau, de ces jeunes femmes que j’entraîne et qui ont affiché leur caractère. Selon moi, on a montré une très belle image de notre territoire, de notre formation, de notre jeunesse. »

« On a le droit d’être triste, mais on peut surtout être fier »

Face à un adversaire nordiste redoutable et après la défaite à Besançon II, l’ATH aurait pu plier, il s’est au contraire redressé. Il n’a pas tout à fait obtenu ce qu’il cherchait samedi soir, mais il a tout mis en œuvre pour y parvenir.

« Je suis déçu pour les filles, de voir un tel investissement pour si peu de réussite, poursuit Aurélien Duraffourg. Ce sont de grandes dames. Il n’y a pas de pros à l’ATH, elles se lèvent le matin pour aller au boulot ou à l’école et viennent s’entraîner le soir, quatre fois par semaine, en plus des deux séances de “muscu”. Tout ça parce qu’elles sont amoureuses de leur sport, qu’elles ont envie d’apporter leur pierre à l’édifice pour construire un club de haut niveau dans le Kochersberg. Alors, on a le droit d’être triste, de nourrir quelques regrets, mais on peut surtout être fier de ce qu’on a montré collectivement. »

Comme l’an dernier, la montée en D2 va être manquée de très peu. Mais elle ne s’est pas perdue samedi soir. Plutôt en début de saison – trois défaites lors des cinq premiers matches –, voire avant.

« Il y a eu le départ de Tanja Klaric, la difficulté d’intégrer tout le monde (6 départs, 5 arrivées à l’intersaison, ndlr) , de trouver un équilibre. À un moment, on était quand même huitième du championnat. On s’est posé beaucoup de questions jusqu’à notre série de treize matches sans défaite. »

Une quête s’est achevée samedi soir, reste encore deux matches à jouer, à Dijon et contre Palente. « On a demandé beaucoup de choses à beaucoup de gens depuis le 17 juillet, termine Aurélien Duraffourg. C’est tellement long une saison. Mais je suis déjà impatient de recommencer la nouvelle… »


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
 
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom_logos_webmaster
FFHB LFH LNH LAHB site Handball 67 site HAND Zone Localisation des gymnases de hand avec GO'HAND
© Graphique et Design : WORLDSOFT-CMS-Website - Site optimisé  pour IE - Mozilla - Chrome - Safari
Webmasters: ATH, Guy Lagache •Email :
ag.lagache@orange.fr  Dominique Lagache • www.capelsa.net • Email : info@capelsa.net
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail