MS=ms70786492
*
Top_Lucie
Menu
Mai 06 2019

La réserve de l’ATH a mis du temps à se détacher, mais elle l’a fait très nettement face à une équipe de l’ESSAHB valeureuse.

Delphine Thiam et Virginie Chevillard tentent de se défaire de la défense de l’ATH  II.  PHOTO DNA – Jean-François Badias
Delphine Thiam et Virginie Chevillard tentent de se défaire de la défense de l’ATH  II. PHOTO DNA – Jean-François Badias

Les Strasbourgeoises tiennent le choc dans ce début de partie. Et même plutôt bien. Mises en confiance par les multiples arrêts de Patricia Gillig (21 au total !), elles peuvent prendre leur temps pour déployer leur jeu en attaque. Ce qu’elles font plutôt bien. À l’image de Delphine Thiam qui signe un “quatre à la suite”.

« On construit une base »    

Pendant ce temps, l’ATH  II patine, ne trouve pas son rythme. Trop timoré, son jeu manque de vivacité et de justesse pour troubler la défense solidaire de l’ESSAHB. À l’exception de Kafiné Bamba qui parvient, de ses appuis puissants, à dérouter tout le monde.

En chiffres, cela donne une évolution du score étonnamment équilibrée. Bien davantage que ne l’aurait laissé supposer le classement des deux équipes : 7-4 (13e ), 8-8 (22e ) et 12-11 à la pause.

« Tout le monde a respecté les consignes, apprécie Alexandra Adorni, l’entraîneur-joueuse de l’ESSAHB. On a joué en mouvement dans les intervalles sans se précipiter. Et le gros match de Patricia (Gillig) nous permet de rester dans la course. »

À la reprise, l’ATH  II tente de tout changer sous l’impulsion de Nolwen Dattolico. Surtout de rythme. Ça marche dans un premier temps (12-14, 33e ), mais l’élan est encore fragile, le jeu reste hésitant. Jusqu’à la 40e minute (14-16).

C’est le point de rupture de l’ESSAHB qui perd toute son efficacité face à Johanna Heng. C’est le moment du décollage pour la réserve de l’ATH qui, cette fois, file très loin devant. Plus tranchante, plus oxygénée, elle va marquer la quasi-totalité de ses buts sur contre. Et, désormais, il n’y a plus de match, Fanny Lenhard et ses copines avancent façon tornade : 15-25 (53e ) et 17-29 au final.

« Une piqûre de rappel »

« C’est dommage de ne pas avoir plus de remplaçantes, souffle Alexandra Adorni. Car nous réussissons souvent des premières mi-temps comme celle-là, mais, après, la fatigue s’accumule et on manque de lucidité. Mais on s’est fait plaisir, on construit une base sur laquelle repartir la saison prochaine. »

Du côté de l’ATH  II, le discours de Sophie Marangé se veut tourné vers la suite. « On n’a pas forcément toujours livré un match digne d’une équipe qui veut monter, mais je suis contente de la réaction après la pause. Il faudra montrer un autre visage lors des matches à venir. C’était une piqûre de rappel, il faut réagir très vite. »

L’ATH  II (2e et barragiste à égalité de points avec Chevigny, le leader) vient de signer une huitième victoire d’affilée. Samedi soir contre Vesoul, il faudra remettre l’ouvrage sur le métier ou plutôt de la colle sur les doigts.

Commentaires 0
boutons bas page
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail