MS=ms70786492
*
Top_Lucie
Menu
Apr 28 2019

Formidables d’abnégation, avec un cœur énorme, les joueuses de l’ATH ont longtemps rivalisé avec Mérignac avant de céder en toute fin de partie.

Mathilde Plotton et l’ATH ont rivalisé. PHOTO DNA – J.-F. Badias

Mathilde Plotton et l’ATH ont rivalisé. PHOTO DNA – J.-F. Badias

Dès les premiers instants, c’est une évidente impression de puissance qui se dégage de l’effectif de Mérignac. De Nely Alberto, à son poste de demi-centre, mais encore plus d’Audrey Deroin qui se situe juste à sa droite.

L’ancienne internationale régale. Sur attaque placée, sur contre, façon “Schwenker”, elle inscrit cinq des six premiers buts de son équipe : 2-7 (14e ).

Pendant ce temps, l’ATH souffre, a du mal à soutenir la comparaison en termes de densité physique, de puissance et de tranchant : 6-12 (24e ).

Mais cela ne va pas durer. En prenant le temps de s’adapter, en se découvrant de nouvelles ressources, elles commencent à trouver des failles. 

Emmenées par une Karin Bujnochova très inspirée, portées par les arrêts de Wendy Obein, les joueuses du Kochersberg réussissent une excellente fin de mi-temps : 11-14 à la pause, un “1-4” vient de passer. Dans les tribunes, on exulte.

On le fera encore. Par exemple après cette formidable reprise, lorsque Manon Hemmerlin égalise à 14-14 (35e ). Par exemple lorsque Laura Spaety stoppe une mauvaise tendance. Par exemple lorsque Dalila Abdesselam marquera un but plein de malice alors que l’ATH évolue à quatre contre six.

À force de s’accrocher, à force d’y croire, les “Pirates” sont encore sur un pied d’égalité avec les Girondines à la 49e (21-21).

« Il reste encore une marche »

Ensuite, le futur probable pensionnaire de D1 a repris le contrôle d’une façon tout aussi tranchante et spectaculaire qu’en début de partie : 21-26 (56e ).

« On n’a pas fait un mauvais match, mais il reste encore une marche, commente Aurélien Duraffourg, le coach de l’ATH. On continue à apprendre, certaines choses ont avancé, en tout cas, on a mis beaucoup de cœur à l’ouvrage. Mais on n’a pas encore l’expérience pour franchir le cap face à une telle équipe. »

L’ATH cherchait son souffle dans ces play-offs, il l’a trouvé contre Mérignac. Malgré la défaite.

Commentaires 0
boutons bas page
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail