MS=ms70786492
*
Top_Lucie
Menu
Apr 01 2019

Comme à Mérignac au début du mois de mars, les joueuses de l’ATH ont logiquement eu du mal à rivaliser avec Celles-sur-Belle, un autre candidat à l’élite.

Aurélien Duraffourg et ses joueuses mesurent le chemin à parcourir pour combler le fossé   avec les équipes qui jouent la montée en D1.  PHOTO DNA – Franck KOBI

Aurélien Duraffourg et ses joueuses mesurent le chemin à parcourir pour combler le fossé avec les équipes qui jouent la montée en D1. PHOTO DNA – Franck KOBI

Au-delà du sort de l’ATH , un constat s’impose déjà dans ces play-offs après la 3e  journée : les clubs possédant le statut VAP (voie d’accession au professionnalisme), sont passés dans une autre dimension.

« L’apprentissage coûte cher »     

Et si les Bas-Rhinoises avaient eu l’occasion de se frotter au Havre lors de la première phase, les deux prétendants à la D1 qui figuraient dans l’autre poule semblent avoir un peu plus d’arguments. Mérignac a ainsi sèchement battu les Normandes samedi soir (25-19) et Celles-sur-Belle a agi avec méthode pour écarter l’ATH.

« On a fait un match trop imparfait pour pouvoir espérer rivaliser, constate Aurélien Duraffourg, l’entraîneur bas-rhinois. Que ce soit techniquement, dans l’engagement physique, le respect de ce que l’on veut faire ou encore dans la capacité à souffrir ensemble. »

Le promu alsacien a logiquement encore du chemin à faire pour se stabiliser à un certain niveau de performance. Et il est aussi tout simplement normal de constater un écart évident entre une équipe celloise qui vise plus haut et celle de l’ATH qui cherche d’abord à s’installer durablement en D2. « Comme à Mérignac, dans la rigueur et la concentration, il faut que l’on soit meilleur. L’apprentissage coûte cher, ces équipes ne te font pas de cadeaux. C’est dur, mais c’est logique. »

À Celles-sur-Belle, les joueuses de l’ATH auront aussi appris du contexte. « On a joué dans une salle pleine à craquer de 1 300 places, c’est un bel exemple pour une commune de 3 800 habitants. Il faut un bel outil pour faire du haut niveau. »

L’ATH quitte le podium

Portées par l’euphorie de leur qualification en demi-finale de la Coupe de France, les Celloises, qui n’ont plus perdu depuis le mois d’octobre, ont donné de quoi ruminer aux Alsaciennes.

« Pour battre une telle équipe qui donne une impression de rouleau compresseur, nous aurions dû faire un match plein. Et on ne l’a pas fait. »

À cause de cette défaite, l’ATH (4e ) quitte le podium de la D2. Après une semaine de pause, c’est Plan-de-Cuques, le leader, qui se présentera à Truchtersheim. Encore du lourd, encore du sérieux…

Commentaires 0
boutons bas page
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail