MS=ms70786492
*
Top_Lucie
Menu
Feb 18 2019

Pour le compte de la 13e journée, la réserve de l’ASPTT Strasbourg recevait celle de l’ATH, sa voisine du Kochersberg. Avec l’objectif de rendre une belle copie.

C’est l’ATH II de Florine Baillet qui est allé s’imposer chez l’ASPTT II de Koudirath Madjidi.  PHOTO DNA – Jean-François Badias

C’est l’ATH II de Florine Baillet qui est allé s’imposer chez l’ASPTT II de Koudirath Madjidi. PHOTO DNA – Jean-François Badias

Le début du match est à l’avantage de Strasbourg qui parvient à infliger un 2-0 à son adversaire durant l’espace des six premières minutes.

Malgré ce petit écart, l’ATH  II arrive à revenir au score en moins de deux minutes, profitant de certaines maladresses dans les passes de la réserve strasbourgeoise.

Ensuite, les deux jeunes équipes se rendent coup pour coup jusqu’au terme du premier quart d’heure : 3-3 (10e ), puis 4-5 (14e ).

« La frustration est inévitable »  

Mais, dans la seconde partie de cette première période, l’ASPTT  II se trouve en difficulté. Un peu dans tous les secteurs. Aussi bien sur attaque placée que dans son jeu rapide qui, justement, manque de vitesse d’exécution. Les maladresses défensives s’enchaînent également et l’ATH  II prend l’avantage au score, grâce à sa justesse. Un “0-4” se relève : 4-8 (19e ), puis 7-12 (28e ) et 8-16 à la pause.

La seconde période est légèrement différente. Les deux équipes évoluent sur un rythme élevé, cherchant à privilégier la vitesse dans leurs enchaînements. Mais, à ce jeu-là, on relève un nombre important de balles perdues des deux côtés du terrain.

Malgré tout, l’équipe d’Achenheim/Truchtersheim est bien plus appliquée et c’est bien elle qui, finalement, réussit à bonifier ses attaques.

Le score est sans appel pour les Strasbourgeoises qui s’inclinent logiquement : 23-28.

« Après un tel match, la frustration est inévitable, explique Damien Cerno, l’entraîneur de l’ASPTT  II. Ce n’est même pas le score final qui me dérange, mais plutôt notre manque de combativité durant ces soixante minutes. »

Ce qui chagrine aussi le coach, c’est une certaine inconstance dans le jeu. « Bien entendu que l’on devait jouer rapidement mais, encore une fois, nous avons confondu vitesse et précipitation avec un manque cruel de patience sur attaque placée. Au contraire, l’ATH  II a su développer son jeu et nous l’avons clairement subi sur de trop nombreuses phases. L’envie de réaliser un bon match était présente, mais de nombreux éléments n’ont pas été respectés pour y parvenir. »

Après une petite pause, les deux équipes auront encore chacune un derby à leur programme début mars. À Colmar pour l’ASPTT II, contre Reichstett pour l’ATH II.

Commentaires 0
boutons bas page
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail