MS=ms70786492
*
Top_Lucie
Menu
Dec 19 2018
La première partie de saison a été élogieuse pour l’ATH.
Les SF1 entraînent toute la structure dans leur sillon victorieux.  PHOTO DNA
Les SF1 entraînent toute la structure dans leur sillon victorieux.

À la trêve, les handballeuses de l’ATH surfent sur la vague du succès et assurent un statut aussi surprenant qu’inespéré. Promues en D2 cette saison, les SF1 ont vite pris leurs marques au point de jouer les cadors en se pointant en leader avec 6 victoires, 1 nul et 1 défaite au compteur.

Qui aurait misé sur cette insolente réussite, loin d’être usurpée ? Certainement peu. Mais l’enthousiasme impulsé par Aurélien Durrafourg et ses assistants, Frédéric Fritschmann et Julien Brisse, a su rayonner pour sublimer les troupes.

Cette dynamique ne devrait pas s’essouffler à la reprise, en cultivant les valeurs habituelles et louables dégagées par une formation en ébullition. Aussi performantes ont été les SF2 qui se postent à la 2e place de la poule de N2 avec 6 victoires et 2 défaites.

Parfois poussives, mais terriblement tenaces et efficaces, elles ont évité de nombreux écueils pour se mettre en exergue et matérialiser leur potentiel. Jeunes et, par conséquent perfectibles, elles laissent polir leur talent par Sophie Marangé, assistée de Stéphane Jacquemin. Preuve de cette réussite sont les appelées en équipe de France : Kafine Bamba (U20) et Mélanie Halter (U18).

Les SF3 de Christine Holweg ont longtemps flirté avec la 1re place et pointent finalement sur la 3e marche du podium, confortant l’amalgame jeunes et anciennes.

Les -18F1 se positionnent sur la 3e place du podium en Nationale, drivées par Dany Weitz et Caroline Schneider.

La 2 occupe une satisfaisante 6e place au milieu de tableau.

Du côté des masculins

Les -15F trônent sur le haut du podium en Régionale (1res ), coachées par Nicolas Stoll assisté de Krystina Salcakova. Les -13F de Maxime Brumm, Charlotte Demuth et Aline Legouara occupent la 1re place sans coup férir. Quant aux -11F, elles fourbissent leur bagage en s’installant sur la 3e marche du podium pour les deux équipes.

Côté des masculins, les SM1 se postent au milieu (7e /12) d’une division relevée. Didier Bischoff et Philippe Printz veillent au confort et au sérieux des troupes.

Les SM2 de Jacques Koessler, souvent en manque de profondeur de banc, bataillent avec leurs armes et avec courage pour surnager à la 7e place. Les -18M entraînés par Germain Dangelser, parfois un peu tendres et en dilettante, peuvent améliorer leur parcours, somme toute satisfaisant (4e ).

Les -13M de Julien Wicker et Denis Urban se démènent avec implication et application, même si les résultats sont quelque peu poussifs. La 1 est 9e sur 15 en Régionale, et la 2 ferme la marche (8e ) dans sa poule.

L’école de handball

Les -11M de Roger Gentner et Philippe Brunnenstein progressent avec brio pour s’emparer de la place de leader pour la 1, et pointer à la 2e place pour la 2.

L’école de handball, animée par Perrine Pratelli à Achenheim, les mercredis après-midis, tout comme Régis Martini, Vincent Leleu et toute leur équipe à Truchtersheim, jette les bases, avec enthousiasme et pour le plaisir d’une formation structurante, valorisante et performante, destinée à alimenter les futures équipes de jeunes. Quant à Carole Urban et Caroline Schmitt, elles se dévouent avec réussite au fonctionnement des 1ers pas du handball, suscitant l’adhésion des tout-petits les samedis matins.

Un labeur et un investissement d’une valeur inestimable et indispensable. En concluant ce bilan, comment ne pas y associer toutes les forces vives du club, du comité aux bénévoles qui œuvrent souvent dans l’ombre, aux partenaires aussi, sans qui aucune structure ne peut se développer et assurer son bon fonctionnement.

Spectacle et plaisir

C’est bien de cette force qui se dégage d’une structure rayonnante, que provient la satisfaction légitime, teintée d’humilité, du très impliqué président David Cochin. Il est d’autant plus fier de son investissement, qu’il parvient à distiller spectacle et plaisir dans le gymnase du Kochersberg. Le fidèle et extraordinaire public local le lui rend bien en soutenant indéfectiblement les troupes. Comment ne pas se mettre à rêver dans ces conditions ?

Commentaires 0
boutons bas page
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail