MS=ms70786492
*
Top_Lucie
Menu
Oct 22 2018

Après avoir connu leur première défaite, les joueuses de l’ATH ont parfaitement su se remobiliser pour éviter de ruminer et reprendre leurs bonnes habitudes, bénéficiant en plus du retour au jeu de Wendy Obein.

Wendy Obein (à droite) et Émilie Pfaadt ont activement participé au succès de l’ATH contre Octeville.  PHOTO DNa – Ch.a.

Wendy Obein (à droite) et Émilie Pfaadt ont activement participé au succès de l’ATH contre Octeville.  PHOTO DNa – Ch.a.

Au milieu du mois d’août, elle avait participé au premier match amical de l’ATH contre… Octeville. Depuis, plus rien. Wendy Obein a dû suivre de loin le début de saison de son équipe.

« J’ai trois cervicales qui sont collées, c’est de naissance. Mais j’ai aussi deux hernies, de l’arthrose et un canal rachidien rétréci. Merci le hand ! »

« C’est agréable de jouer à la maison »

De ce sombre inventaire à la Prévert, la gardienne de l’ATH, dos raide pendant des semaines, en est sortie pour retrouver la lumière des terrains.

« Ça fait du bien, lâche-t-elle dans un grand sourire. En plus, j’étais détendue, je n’avais pas l’impression d’avoir arrêté, c’est positif. J’étais tous les soirs à l’entraînement, ce n’est pas comme si je ne voyais pas les filles, je faisais mes petits exercices pour être là, m’intégrer avec les nouvelles. Mais pouvoir jouer me manquait, comme de vraiment faire partie de l’équipe. Quand on est à côté, on est à côté. »

Samedi soir, les bonnes habitudes sont revenues. L’échauffement partagé, les mains qui chauffent, les clameurs du public, les encouragements depuis le banc de touche. Et puis, en début de seconde période, elle a pris le relais de Margaux Cintrat pour protéger le but d’Achenheim/Truchtersheim.

« J’ai commencé par une mauvaise relance, grimace-t-elle. Je me suis dit “pfff, qui ne tente rien n’a rien”. Après, ça s’est bien goupillé. On était déjà au-dessus à la pause (14-11) , on a toujours réussi à mener, on n’était pas en stress. C’est agréable de jouer à la maison, on a vraiment un bon public, j’aime bien, c’est convivial. »

« Les filles ont surtout bien défendu »

Un premier arrêt qui claque est vite arrivé, sept autres ont suivi. L’ATH n’a encaissé que trois buts en vingt minutes pour faire une différence définitive.

« On a une bonne équipe, même si on fait beaucoup d’erreurs en ce moment, c’est notre jeu, il a toujours été comme ça. Les filles ont surtout bien défendu. Ça m’a beaucoup aidée en me permettant de bien me concentrer sur mon jeu. »

Les play-offs se dessinent de plus en plus

Wendy Obein est redevenue joueuse, a participé à la cinquième victoire de son équipe. Les bons résultats obtenus avant étaient forcément une source de motivation supplémentaire.

« C’est sûr que ça donnait envie de vite revenir. Mais j’ai été patiente comme il le fallait, j’ai écouté les docteurs. J’ai toujours un peu mal, ça me lance, mais c’est gérable. »

À 32 ans, le corps désormais apaisé, Wendy Obein, qui vient d’entamer sa deuxième année de BTS Management des Unités Commerciales en alternance avec le magasin Décathlon de Geispolsheim, peut envisager la suite avec sérénité.

À l’image de son équipe, promue, mais leader de D2 après cinq victoires en six journées.

« On est bien, très bien même. Même si on ne joue pas parfaitement, les victoires sont là. Il faut continuer là-dessus, on a le potentiel pour. »

À l’horizon, ce sont les play-offs qui se dessinent d’une façon de plus en plus nette.

Commentaires 0
boutons bas page
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail