MS=ms70786492
*
Top_Lucie
Menu

Avec autorité

(212 hits) in
Oct 21 2018

Les joueuses de l’ATH n’ont pas réussi leur meilleur match, mais elles ont surclassé Octeville grâce à leur engagement, s’imposant avec une grande aisance pour la cinquième fois de la saison.

Karin Bujnochova a apporté sa pierre à l’édifice. PHOTO archives DNA – CéDRIC JOUBERT

Karin Bujnochova a apporté sa pierre à l’édifice. PHOTO archives DNA – CéDRIC JOUBERT

    

Le début de partie est hésitant, voire fébrile. La circulation de balle de l’ATH manque de justesse et de fluidité. Et si pour le moment, cela n’a pas trop de conséquences au tableau d’affichage (3-1, puis 4-2), la situation ne va pas tarder à se gâter.

Les Octevillaises sont laissées trop libres de leurs mouvements. D’un score de 6-4 (13e ), on passe à un autre de 6-9 (21e ). Un “0-5” vient de passer et, forcément, ce n’est pas pareil…

« Un groupe de seize et non de sept »

Mais le temps mort posé par Aurélien Duraffourg aura des effets spectaculaires. Enfin, le jeu gagne en mouvement, en vitesse, en justesse.

Désormais, les actions de l’ATH sont tranchantes. Désormais, c’est un “6-0” qui est en train de se dessiner, initié par Mathilde Plotton et Karin Bujnochova : 12-9 (26e ) et 14-11 à la pause. Chaque équipe aura joué à tour de rôle.

La reprise de l’ATH est intéressante. Certes, l’écart commence par se réduire (15-13), mais une nouvelle série, façon cavalier seul, arrive maintenant. Émilie Pfaadt et ses copines commencent à se fabriquer une avance confortable dans cette partie qui n’atteint pas des sommets de précision.

Mais peu importe ! Wendy Obein réussit un retour très convaincant dans son but. Et c’est tout le centre sportif du Kochersberg qui en profite.

Pendant ce temps, Octeville a la tête sous l’eau. L’ATH, emmené par Karin Bujnochova, ne fera rien pour lui fournir de l’oxygène. Un… “10-0”, forcément fatal, vient de s’écouler : 25-13 (49e ).

Un relâchement compréhensif, mais un peu embêtant, en toute fin de partie permet à Octeville d’obtenir un résultat un peu plus doux (30-24). Mais tout était joué depuis bien longtemps.

« Je suis soulagé, parce qu’on avait fait le pari d’être ultra-exigeant avec les filles cette semaine, explique Aurélien Duraffourg, l’entraîneur de l’ATH. Et c’est toujours risqué si cela ne se passe pas bien le week-end. Je suis content, car on a bien réagi après la défaite à Noisy. Il y avait un engagement défensif qui a laissé très longtemps Octeville en dessous des 18 buts. Surtout, d’autres joueuses se sont mises en évidence. C’est bien que chacune apporte sa pierre à l’édifice, nous formons un groupe de seize et non de sept. C’est ça l’aventure collective. Tout seul, on n’est personne. »

Toutes ensemble, les joueuses de l’ATH restent leaders de leur poule.

Commentaires 0
boutons bas page
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail