MS=ms70786492
*
Top_Lucie
Menu
Sep 24 2018

Les “Pirates” du Kochersberg ont réussi un sacré coup d’éclat en s’imposant au Havre. Le promu villageois vogue désormais en pleine mer, seul, tout en haut de sa poule de D2.

Comme à Lomme, comme contre Vaulx-en-Velin, les joueuses de l’ATH ont triomphé au Havre.  PHOTO DNA – Franck KOBI

Comme à Lomme, comme contre Vaulx-en-Velin, les joueuses de l’ATH ont triomphé au Havre. PHOTO DNA – Franck KOBI

« On va en profiter un peu, ce serait une erreur de ne pas le faire… » Aurélien Duraffourg, le patron de ce groupe d’Achenheim/Truchtersheim qu’il a bâti avec application depuis plus de quatre ans, a peut-être savouré cette victoire un peu plus que les autres.

« Content d’être avec elles dans ce vestiaire-là »

Le voyage a été long, l’investissement total, l’heure de jeu épuisante, mais le dénouement d’une infinie douceur. L’ancien coach du Havre, version D1, est venu s’imposer aux Docks Océane avec sa nouvelle équipe, version D2.

« Avant le match, j’ai juste dit aux filles que j’étais vraiment content d’être avec elles dans ce vestiaire-là. Et ce match, je suis très, très heureux de l’avoir disputé sous les couleurs noire et blanche. »

Pour que l’histoire soit plus belle encore, il fallait bien sûr traverser quelques chemins obscurs. L’épopée de ce samedi soir a d’abord été tourmentée.

« On a senti avec “Fred” (Fritschmann, son adjoint) que les filles étaient vraiment là pour faire une bonne performance. Mais malgré l’envie, il y a eu un moment creux. Quand on est promu de N1 et que l’on affronte le relégué de LFH, tu as beau avoir préparé tout ce que tu veux, on ne peut s’empêcher de se demander si on est à la bonne place. Au début, les ballons étaient lourds, il y avait beaucoup d’erreurs techniques, on était en train de survivre. »

Margaux Cintrat une nouvelle fois décisive

Mais les joueuses de l’ATH savent faire le dos rond. Menées durant les vingt premières minutes (9-6 à la 18e , 11-7 à la 21e ), elles vont attendre les dix dernières de ce premier acte pour commencer à s’étirer, s’ébrouer d’abord, sortir leurs griffes ensuite. Ce sont elles qui mènent 12-13 à la pause.

« Je suis très, très content de cette remontée, car la deuxième période, on la domine tactiquement haut la main. C’est lié à l’engagement et à la qualité de mes joueuses, mais surtout à leur travail. »

Maintenant tout le temps devant au score (une seule égalité à 16-16 est à relever), les Bas-Rhinoises n’ont pourtant pas encore franchi la ligne. Les quatre dernières minutes (22-24, 56e ) seront très denses. « On finit à cinq, elles aussi, raconte Aurélien Duraffourg. Les deux équipes n’avaient pas envie de perdre. L’ATH voulait finir le travail engagé, Le Havre ne voulait pas s’incliner à domicile. On s’est fait un peu peur. »

Mais, une nouvelle fois portées par les (21) arrêts de Margaux Cintrat, les Bas-Rhinoises vont de nouveau savoir « tenir longtemps » dans cette partie pour préserver ce petit but de plus (23-24).

« Zéro emballement »

L’ATH marque les esprits en signant une troisième victoire d’affilée pour son arrivée en D2, mais ne veut surtout pas s’arrêter là. Alors, il y a « zéro emballement  ». Car ce groupe mature et ambitieux veut rester solidement ancré sur ses fondations pour continuer à avancer avec « humilité ». Tout en attendant avec curiosité de voir où tout cela va le mener…

Commentaires 0
boutons bas page
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail