MS=ms70786492
*
Top_Lucie
Menu
Mai 20 2019

Les joueuses d’Achenheim/Truchtersheim ont bouclé leur saison sur une ultime défaite à Plan-de-Cuques samedi, mais les promues obtiennent une brillante quatrième place finale.

Les joueuses de l’ATH ont atteint leur objectif en se maintenant en D2. Elles auront surtout beaucoup appris en se confrontant aux meilleurs lors des play-offs.  PHOTO DNA – Franck KOBI
Les joueuses de l’ATH ont atteint leur objectif en se maintenant en D2. Elles auront surtout beaucoup appris en se confrontant aux meilleurs lors des play-offs. PHOTO DNA – Franck KOBI

Les impressions laissées par cette saison découpée en deux phases auront été contrastées. Le pic de celle de l’ATH s’est incontestablement situé dans la première.

« Il faut mesurer ce que l’on a fait »

Lui, le promu, avait su faire preuve de culot et de savoir-faire pour se hisser à la hauteur de cet exigeant deuxième échelon national. Rappelons qu’il avait bouclé ce premier défi à une étonnante première place, devant le grand Le Havre.

« On termine ce championnat en étant quatrième sur seize, apprécie Aurélien Duraffourg, le coach de l’ATH. Et on a réalisé quelque chose de fondamental pour un club alsacien, se maintenir en D2. »

Le maintien acquis dès le mois de février, les “Pirates” du Kochersberg ont logiquement vécu des play-offs plus délicats.

« C’est une sorte de crise de croissance liée à la découverte de cette adversité, en rencontrant les trois premiers du championnat. C’est dur, cela montre aussi qu’on a du boulot, structurel, athlétique ou encore dans la communication. L’avantage, c’est qu’avec ce que l’on a vécu, on sait quelles erreurs il faudra éviter de commettre de nouveau. »

Car sportivement, il est aussi moins réjouissant de finir la saison sur des résultats plus rudes à encaisser.

« Nous avons appris qu’il faut continuer à être ambitieux, à préparer tous les matches comme s’ils étaient très importants. On a souffert un peu de cette “facilité” après nos résultats de la première partie de saison. Contre des équipes de ce niveau, ce n’est pas simple de trouver de la maturité, de la stabilité dans le jeu. »

Mais une égalité à trois (avec Le Havre et Vaulx-en-Velin) favorable à l’ATH lui permet de boucler cette première année de D2 juste derrière les trois “cadors”, Mérignac, Celles-sur-Belle et Plan-de-Cuques.

« Il faut mesurer ce que l’on a fait. Nous, promus, terminons avec dix victoires, trois nuls et neuf défaites. C’est un bilan très positif. »

« Être un club encore plus respecté »

Maintenant, il faudra se servir de cette belle expérience pour continuer à progresser la saison prochaine. « C’est un nouveau challenge et il commence dès demain matin, ponctue Aurélien Duraffourg. Pour être un club encore plus respecté dans la hiérarchie nationale. Dans notre projet, on a montré que le sport féminin, le handball féminin de haut niveau a une place dans notre bassin. Nous avons devant nous une lourde charge qui n’est jamais la plus simple, celle de confirmer notre place dans cette division-là. »

Pour la première fois depuis 1997, un club féminin alsacien a réussi à se maintenir au deuxième échelon national. Le défi qui s’ouvre désormais est de parvenir à s’y installer durablement avant d’envisager autre chose. Il est tout aussi ardu…

Commentaires 0
Block droite haut

toutes_les_news
Login
Pseudo :

Mot de passe : 

Connexion automatique

Perdu le mot de passe ?
Facebook

 

Block droite en bas

bottom_gauche

boutons bas page
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail